Le Territoire

La zone de production de la «Patata della Sila» comprend exclusivement le territoire des communes suivantes: Acri, Aprigliano, Bocchigliero, Celico, Colosimi, Longobucco, Parenti, Pedace, Rogliano, San Giovanni in Fiore, Serra Pedace, Spezzano della Sila, Spezzano Piccolo, dans la province de Cosenza et les communes de Albi, Carlopoli, Cicala, Confluenti, Decollatura, Magisano, Martirano, Martirano Lombardo, Motta S.Lucia, Serrastretta, Sorbo San Basile, Soveria Mannelli, Taverna dans la province de Catanzaro. Les communes susmentionnées délimitent et entourent naturellement le haut plateau de la Sila, où la nature des terrains et les caractéristiques climatiques permettent d'obtenir une croissance lente et constante des tubercules ainsi que un maturation optimale de la plante.

Le haut plateau de la Sila est un des endroits les plus beaux et suggestifs d'Italie. Il est situé au cœur de la Calabre à cheval sur trois provinces : Cosenza, Catanzaro et Crotone. Les mots ne suffisent pas à décrire la beauté d'un endroit intacte qui nous rappelle les paysages nordiques situés à des latitudes bien plus élevées.
La Sila s'étend sur 1 700 km carrés. Il s’agit d’un haut plateau avec une altitude moyenne supérieure à 1 300 mètres qui se compose d’une couronne de monts dont la cime la plus haute, le Monte Botte Donato, culmine à 1 928 mètres d’altitude. La Sila est recouverte par une grande forêt constituée principalement de hêtres et de conifères. Son territoire est riche en ressources hydriques et cela a permis la création de lacs artificiels qui se sont parfaitement intégrés dans un contexte naturel déjà charmant le rendant encore plus attractif. Constitué par un massif granitique-cristallin, le territoire de la Sila est limitrophe à l’ouest avec la vallée du Crati, au nord avec la plaine de Sibari, à l’est avec les collines du Marchesato et au sud avec la plaine de Lamezia.

Le territoire est communément subdivisé en « Sila Grande », « Sila Greca » et « Sila Piccola ». Ces dénominations, n’ayant pas un sens morphologique précis, elles renvoient plutôt à des divisions administratives héritées du passé. Les deux zones distinctes, qui actuellement constituent le Parc, ont une végétation respective, qui reflète une différence d’altitude moyenne. La zone de la Sila Grande, dont la partie centrale correspond à la Fossiata, retombe en grande partie dans la bande du « Pino laricio ». Cette plante, est la reine incontestée de cette aire. En revanche, la zone du Parc qui concerne la Sila Piccola, dans la partie centrale du Mont Gariglione, retombe dans celle des hêtres.

Dans de vastes zones parmi lesquelles celle des bois du Monte Gariglione et celle de Macchia dell’Orso, le hêtre se trouve mélangé avec le sapin blanc. Dans les forêts du Mont Gariglione se trouvent des exemplaires majestueux de sapins blancs et de hêtres multiséculaires. Dans le sous-bois des hêtres se trouve l'Orchidée au nid d'oiseau (Neottia nidus avis), plante saprophyte, sans chlorophylle, qui vit comme les champignons, sur des racines putrescentes. Dans le Parc National de Calabre vivent de nombreux prédateurs, des petits mustélidés comme le blaireau et la martre ainsi que des canidés comme le renard et le loup, même s'il est difficile de les voir à cause de leurs habitudes nocturnes. Au contraire, les écureuils noirs sont facilement visibles et, le long des itinéraires naturalistes du Parc, il est possible de rencontrer les chevreuils et les cerfs remis en liberté à l'intérieur des zones protégées après avoir été élevés en captivité.

Le Parc National de la Calabre, directement géré par le Corps Forestier de l'État, offre une série de structures et infrastructures aptes à favoriser les visites touristiques et l'observation non intrusive de nombreux animaux. Enfin, deux Centres Visiteurs ont été créés, un dans la Sila Grande, l'autre dans la Sila Piccola.